background img

Comment vivent les habitants de Madagascar ?

L’ île des lémuriens de Madagascar, « le huitième continent », a longtemps été géographiquement isolée du monde extérieur, et jusqu’à l’arrivée de l’homme il y a 2000 ans, la vie animale et végétale de l’île pouvait évoluer en paix. Cela signifie que 90 % de toutes les espèces sont endémiques et ne se trouvent nulle part ailleurs. Les lémuriens auraient également existé en Afrique, mais les prédateurs et les singes de l’Afrique continentale ont finalement poussé les lémuriens à l’extinction. Si Madagascar n’était pas ainsi là où il y a 100 millions d’années était devenue une île avec l’absence de prédateurs majeurs, il est probable qu’aucun lémurien ne serait resté sur Terre aujourd’hui. Les lémuriens sauvages se trouvent uniquement à Madagascar.

La quatrième plus grande île de la Terre (après le Groenland, la Nouvelle-Guinée et Bornéo) est légèrement plus grande que la Suède (1570 × 570 km) et abrite près de 25 millions d’habitants. Bien que Madagascar appartient au continent africain, la majorité des Malgaches ont une apparence asiatique distincte, due à l’île a été principalement colonisée depuis l’Asie et dans une petite partie seulement d’Afrique. La langue principale, le malagassique, appartient au groupe linguistique austronésien (indonésien occidental), mais les 25 millions d’habitants de Madagascar sont composés de 18 groupes ethniques différents, tous dotés de leurs coutumes et de leur usage particuliers, vivant ensemble en harmonie.

A voir aussi : Où allez-vous en avril 2021 ?

Madagascar est devenue une colonie française en 1896 mais a été secouée par plusieurs soulèvements contre la puissance centrale française avant l’indépendance en 1960. La période qui a suivi s’est traduite par une dictature socialiste soutenue par Moscou, et ce n’est qu’en 1993 que des élections libres ont pu se tenir à Madagascar. Cependant, la démocratie a eu du mal à s’instaurer, de sorte que les troubles politiques avec les coups d’État et les brouilles militaires se sont poursuivis jusqu’au XXIe siècle. Mais après l’entrée en fonction d’un président élu en 2014, le calme politique prévaut et l’avenir, pour la première fois, semble raisonnablement brillant et le pays est sur la bonne voie.

Le voyage aller-retour le plus fréquent, que nous avons également organisé nous-mêmes, passe au-dessus de la terre d’un peu plus de 100 à des kilomètres de la capitale Antananarivo au sud-ouest de l’île et peut être défriché en une semaine. En cours de route, on connaît des types de paysages très divers, les hôtels nouvellement construits sont excellents et servent une cuisine extraordinaire. Au cours des dernières années seulement, l’enlèvement politique de Madagascar s’est également infecté dans d’autres activités, et la différence par rapport aux conditions passées est énorme. Les transports relativement longs à travers les villages et les petites villes construites de maisons de boue où le conducteur navigue entre piétons, pousse-pousse (rikshor), brouettes de bœuf et motos ne deviennent jamais ennuyeux depuis longtemps. Ce « sentier principal » à travers le pays est pour la plupart pavé de nos jours et traverse les collines verdoyantes des hautes terres centrales avec des plantations de riz en terrasses jusqu’à une forêt tropicale dense du parc national de Ranomafana avec ses douze espèces de lémuriens et d’autres mammifères comme la fosse, le mongo, le caméléon et les lézards fantastiques. nom d’oeuf comme un gecko satanique à queue de feuilles !

A découvrir également : Quelle devise est utilisée en Égypte ?

Ville universitaire de Fianarantsoa, Madagascar les centres d’apprentissage, dont le nom malagassien signifie précisément « bonne éducation », sont également le centre de l’industrie viticole naissante de Madagascar, et sur les collines voisines, de plus en plus de vignobles émergent. Avec le recul, le paysage devient de plus en plus sec et est habité par une équipe folklorique nomade qui pousse ses sébucréatures à travers les étendues. Soudain, vous vous retrouvez alors dans des canyons dramatiques, et si petits que les étranges baobab ou singes apparaissent. Ces arbres particulièrement épais avec leur minuscule canopée peuvent avoir plus de mille ans, et ils absorbent d’énormes quantités d’eau stockées dans la tige pour résister à de longues périodes de sécheresse. Ils ont toujours été importants pour la foi populaire, et de nombreux villages ont un baobab sacré au centre du village.

À l’épreuve des croyances populaires, il y a lieu de rappeler le concept de fady, qui se traduit par « tabou ». Les équipes de 18 personnes ont toutes une variété de fady, qui régissent ce que vous êtes autorisé ou non autorisé à faire et comment l’un d’eux est censé s’occuper de choses. Une autre coutume qui est devenue très remarquée est la famadihana, qui peut être qualifiée d’urgence de « réinhumation ». L’homme mort est pris de la tombe et participe pendant quelques jours à un rassemblement généalogique vivant, socialisant avec les vivants, et même emmené dans un palais balançoire sur la piste de danse pendant l’événement. Après cela, le corps est posé dans un nouveau linceul et réciproque à sa salle de repos. La coutume peut sembler bizarre, mais crée une communauté familiale unique lorsqu’on honore et se souvient ensemble de la vie et des actions du défunt dans une communication unique entre les ancêtres vivants et morts.

Madagascar est l’un des pays les plus pauvres du monde, mais peuplé de gens fiers et amicaux, et nous avons organisé des voyages aller-retour pour quelques groupes heureux et fourni des installations individuelles à des clients privés qui ont également visité les îles paradisiennes au nord, Nosy-Be, qui peuvent être utilement combinées avec l’aller-retour. Pour Nosy-Be, soit dit en passant, nous planifions un voyage de conférence.

Bienvenue à boire Madagascar avec nous.

JW

Catégories de l'article :
Afrique
Show Buttons
Hide Buttons