background img

Les pires dictateurs de l’histoire

La situation politique en Suède à l’heure actuelle ne peut guère être qualifiée de stable. Mais au moins, nous pouvons nous réconforter avec le fait que nos élus ne commettent pas de génocide sur des observations ou ne tentent pas de reprendre la Norvège. L’affreux essai du pouvoir est une caractéristique récurrente de l’histoire avec des racines aussi loin que par rapport à l’époque romaine et, malheureusement, les dictateurs du monde ne semblent pas devenir plus doux avec le passage du temps.

Certains des pires dictateurs de l’histoire sont très actifs et aujourd’hui encore des millions de personnes vivent sous l’oppression imposée par des fous au pouvoir. L’histoire offre plus d’imbéciles pour les dirigeants que ce qui est raisonnable, et les hommes ci-dessous ont gagné leur place sur la liste en raison notamment des abus inhumains qu’ils ont commis contre la population de leur propre pays et du monde extérieur.

Lire également : Comment puis-je me rendre en Turquie ?

Nous avons énuméré ici 15 des pires dictateurs de l’histoire.

15. Conveniste Haile Mariam (1937)

A lire également : Quelle est la société de location de voitures la moins chère ?

Mengistu Haile Mariam a été chef d’État de l’Éthiopie entre 1974 et 1991. Selon les rumeurs, le chef marxiste est arrivé au pouvoir après avoir étouffé à mort l’ancien régent Haile Selassie, ce qu’il a lui-même constamment nié. Dans une action militaire menée par Mariam dans les années 1977-1978 appelée « Terreur rouge », près d’un demi-million d’Éthiopiens auraient perdu la vie. Il vit aujourd’hui dans des expatriés et des maisons au Zimbabwe avec un patronage 24 heures sur 24. Les médias sud-africains ont fait des révélations selon lesquelles il aurait agi comme conseillers à la sécurité de l’ancien président du Zimbabwe Robert Mugabe, chose réfutée par le gouvernement du pays. Mengistu Haile Mariam a été reconnu coupable de génocide par contumace en 2006.

14. Charles Taylor (1948)

L’ancien chef de guerre et président du Libéria Charles Taylor a été « élu » au gouvernement du pays en 1997 après avoir terrorisé la population pendant des années. Il a été lié à des crimes grossiers contre les humains. les droits pendant la guerre civile en Sierra Leone qui a duré entre 1999 et 2003.

En 1996, le mouvement rebelle de Taylor NFL a pris le contrôle total du Libéria. Il exploite cela en enlevant entre autres les finances de l’État pour financer la propagande qui l’a aidé à remporter les élections de 1997. Il aurait également été un acteur central de l’opération illégale de contrebande de diamants en plus d’être coupable de recrutement forcé d’enfants soldats pendant la guerre de Sécession. Charles Taylor a été condamné en 2012 à 50 ans de prison au Tribunal international de guerre de La Haye pour ses crimes de guerre pendant la guerre civile en Sierra Leone.

13. Saddam Hussein (1937-2006)

Le méchant irakien numéro un est arrivé au pouvoir en 1979 et on estime qu’il a causé la mort de plus d’un million de personnes. Saddam Hussein a été évincé du pouvoir en 2003 alors que les forces américaines ont pris Bagdad et il a réussi à rester caché jusqu’en décembre de cette année-là où il a finalement été retrouvé dans une fosse par les bâillements — barbu et satané. Trois ans après son arrestation, il a été reconnu coupable et exécuté par pendaison pour les abus qu’il a commis contre la population irakienne.

Saddam Hussei aurait été un grand admirateur de Joseph Staline, et pendant son règne, il y a eu une répression brutale contre les opposants potentiels et les minorités ethniques et religieuses, principalement des Kurdes. Il a survécu à de nombreux assassinats et tentatives de coup d’État pendant son temps au pouvoir, mais finalement la justice l’a rattrapé.

12. Bachar al-Assad (1965)

L’impitoyable président syrien Bachar al-Assad est au pouvoir depuis 2000 lorsqu’il a hérité des fonctions de son père Hafez dans le cadre de sa mort. Beaucoup espéraient que le nouveau président adopterait une approche plus libérale que son prédécesseur, mais ce n’est pas devenu le cas. Il a été critiqué pour le manque de droits de l’homme, la décroissance économique et la corruption. Mais c’est quand la guerre civile a éclaté en 2011 qu’al-Assad a montré qu’il fait vraiment partie des pires dictateurs de l’histoire.

Il a imprudemment cédé à sa propre population à plusieurs reprises, notamment à travers plusieurs attaques de gaz toxiques très médiatisés. De plus, les organisations indépendantes Human Rights Watch et Amnesty International ont rapporté comment le régime de Bachar et la police secrète torturent systématiquement, emprisonnent et exécutent des opposants politiques.

11. Francisco Franco (1892-1975)

Connu sous le nom de général Franco, cet imbécile a été le chef de l’État espagnol entre 1939-1975 après avoir pris le pouvoir pendant la guerre civile espagnole. Le règne de Franco était brutal et il maintenait une emprise autour du pouvoir grâce à une répression systématique des opposants qui ont été envoyés dans des camps de concentration ou exécutés. Ce n’est qu’après sa mort en 1975 que l’Espagne a pu commencer sa transformation en État démocratique.

10. François « Papa Doc » Duvalier (1907-1971)

François « Papa Doc » Duvalier était un médecin et un homme politique haïtien qui est devenu le président du pays dans les années 1957-1971. Le régime aux racines de la sous-classe noire est devenu un règne de terreur, coûtant la vie à quelque 30 000 Haïtiens, forçant des milliers d’autres en fuite. L’extorsion, les disparitions et les assassinats politiques, qui n’ont pas été rarement effectués par la célèbre police militaire du MVSN, ont fait partie de la vie quotidienne sous le règne de Papa Doc.

Beaucoup le tiennent responsable de la situation désastreuse dans laquelle Haïti se trouve aujourd’hui avec, entre autres, une pauvreté sévère et des taux de criminalité élevés. Après être resté au pouvoir pendant 14 ans et s’être proclamé président éternel, il est décédé en 1971 dans la capitale Port-au-Prince.

9. Jean-Bédel Bokassa (1921-1996)

Il est clair que l’Afrique a connu un problème persistant avec des dictateurs excentriques et brutaux. Voici un autre exemple. Jean-Bédel Bokassa est arrivé au pouvoir en République centrafricaine à la suite d’un coup d’État militaire le jour de l’An 1966. Quatre ans plus tard, il se proclame président à vie ainsi qu’empereur sous le nom de Bokassa I. Pendant le règne de terreur de Bokassa, plusieurs lois strictes ont été introduites dans lesquelles, entre autres, des personnes âgées de 15 à 55 ans sont emprisonnées s’ils n’avaient pas de travail. De plus, la mendicité était interdite… En 1979, il ordonne aux soldats de tirer directement sur un groupe d’élèves dans le cadre d’une manifestation. Une centaine sont morts, et selon les rumeurs, l’empereur est censé avoir dévoré les cadavres par la suite.

Quelques mois plus tard, Jean-Bédel Bokassa lui-même est évincé du pouvoir lors d’un coup d’État militaire. Il réussit à s’échapper et s’installe plus tard dans un château en France ; en 1986, il retourne dans son pays natal puisqu’on lui a dit d’être accueilli comme héros. Ce n’est pas comme ça, cependant. Au lieu de cela, Bokassa a été arrêté et condamné à mort pour meurtre, torture et cannibalisme. La peine a ensuite été commuée en prison à vie. Il a purgé sa peine de prison de 1987 à 1993, puis il a été gracié par le président du pays de l’époque. Jean-Bédel Bokassa est mort en 1996 dans les suites d’une crise cardiaque.

8. Mouammar al-Khadhafi (1942-2011)

Mouammar al-Khadhafi s’est emparé du pouvoir en Libye lors d’un coup d’État militaire en 1969 quand, en tant que chef d’un groupe paramilitaire, il renverse le chef du pouvoir de l’époque le roi Idris I. Khadhafi puis s’est imposé comme la tête indéniable du pays avec le titre auto-inventé de « chef de la révolution ». Il n’a pas reculé pour emprisonner, torturer, violer et même assassiner des dissidents parmi la population.

Le début de la fin a eu lieu en février 2011 dans le contexte de manifestations politiques généralisées dans plusieurs villes libyennes, inspirées par le printemps arabe de l’année précédente. En quelques semaines, Khadhafi avait perdu le contrôle dans une grande partie du pays. Lui-même, le dictateur manifestement fou de liens signifiait que ses adversaires étaient sous l’influence de médicaments hallucinogènes qui auraient été diffusés via, entre autres choses Les produits Nescafé. Le 20 octobre 2011, Kadhafi a été capturé dans le cadre d’une frappe aérienne contre un convoi militaire sortant de la ville de Syrte et tué peu plus tard par les forces rebelles lors d’un transport de maladie.

Malgré tous les défauts de MUMMENTALA, ce qui est plutôt cool chez Muamamar Khadhafi, c’est qu’il avait une force de garde du corps féminine qui s’appelait « Amazones ». Moins cool, cependant, c’est qu’il exigeait que les femmes soient vierges, en plus de commettre des abus viles assortis à leur égard.

7. Augusto Pinochet (1915-2006)

Augusto Pinochet était un général, homme politique et dictateur de sedermera chilien qui a pris le pouvoir dans le cadre du coup d’État militaire de 1973 et est resté autoproclamé chef d’État jusqu’en 1990. Pendant près de 20 ans, il a maintenu le Chili dans une emprise avec des exécutions et des persécutions d’opposants politiques — même au-delà de ses frontières. En particulier, des actions ont été dirigées contre des membres de l’opposition en attente et un escadron de la mort spécial a été mis en place. uniquement à cette fin.

Avec la vie de milliers de personnes sur leur conscience, son règne de terreur a finalement pris fin en 1990 quand le président élu Patricio Aylwin lui succède. Il a été inculpé en 2000 pour ses atrocités, mais le procès n’est jamais devenu réalité à cause de sa démence avancée. Pinochet est mort en 2006 d’une crise cardiaque, quelques jours seulement après avoir été assigné à résidence.

6. Idi Amin (1925-2003)

Peut-être l’oiseau le plus étrange de cette liste, ce qui ne veut pas dire un peu. Idi Amin a été la force motrice du coup d’État qui a évincé le président ougandais de l’époque Milton Obote. Le fou coloré a ensuite assumé le rôle de président autocratique, assumant, entre autres, le titre de « souverain de l’Empire britannique ». Il est censé avoir causé la mort d’un quart de million de personnes à la suite des méthodes de torture, d’exécutions, de corruption, de persécution et de meurtre de masse du régime cruel, surtout, acholi- et Les tribus Lango. Il a expulsé tous les Indiens du pays et s’est emparé de leurs biens, ce qui a eu des conséquences dévastatrices pour l’économie du pays.

En 1978, l’Ouganda a été envahi par les rebelles exilés et les forces tanzaniennes, prenant Kampala en 1979 et renversé le régime. Idi Amin s’est enfui en 1979 d’Ouganda en Tanzanie puis en Libye pour terminer ses jours en Arabie saoudite en 2003.

5. Pol Pot (1925-1998)

Pol Pot, né Saloth Sar, était le parrain communiste du Cambodge. En tant que chef des Khmers rouges, il a été le chef du gouvernement du pays pendant les années 1976-1979 et aurait causé la vie à couper le souffle de trois millions de personnes en raison de la famine, des persécutions, des exécutions massives, de la maladie et de la guerre. La variante extrême du maoïsme de Pol Pot signifiait une société utopique sans villes, classes ou contacts avec le monde extérieur. L’argent a été supprimé, les hôpitaux et les écoles ont fermé leurs portes et l’un des plus grands génocides de tous les temps a commencé.

Pol Pot a finalement été renversé par La milice vietnamienne soutenue par les Soviétiques et les Khmers rouges ont été en excursion en Chine. Une fois sur place, ils pourraient cependant continuer à mener partiellement une guerre de guérilla contre leur ancien État d’origine. Pol Pot a été condamné en 1997 à résidence surveillée à perpétuité. Gravement malade et largement aveugle, il meurt officiellement d’une crise cardiaque en 1998. Peu avant sa mort, on lui avait dit qu’il serait extradé pour être tenu responsable des crimes qu’il a commis contre le peuple cambodgien.

4. Kim Il Sung (1912-1994) /Kim Jong Il (1941-2011) /Kim Jong Un (1983-)

Les voici : Les Kims ! Tout l’arbre généalogique biaisé qui constitue les trois derniers dirigeants de la Corée du Nord. Le trio peut simplement rassembler la troisième place pour la rendre un peu plus juste pour les autres participants.

Par où commencer ? Les imbéciles ont fait de ce pays l’absolu le plus fermé au monde, soumettant leurs compatriotes à la famine et à la torture, ainsi qu’aux camps de travail et au lavage de cerveau le plus collectif. le monde jamais vu. Le chef du clan, Kim Il Sung, depuis 20 ans, est le « président éternel » du pays, et donc toujours celui qui dirige la scut nord-coréenne selon le peuple. Son décès en 1994 a envoyé une onde de choc à travers le pays — ils croyaient vraiment qu’il était immortel.

Son Kim Jong Il a pris la relève après la mort de son père et, selon des sources sûres, est censé avoir effectué une multitude de grandees de son vivant. Parmi les réalisations figurent, en plus des cinq trous en un qu’il a frappé lors de la première manche de golf de sa vie, également l’influence totale qu’il a eu sur la façon dont le reste du monde s’habille aujourd’hui et qu’il était le plus grand poète du monde. Kim Jong Il est décédé le 17 décembre 2011 à la suite d’une crise cardiaque massive.

Kim Jong Un est, bien sûr, le dernier en date de la ligne de la réalité, avec un droit de destination total en République populaire démocratique de Corée du Nord. Le minou semble vouloir fragiler grand-père et papa dans la folie et au cours de ses quelques années au pouvoir, il a déjà eu le temps d’exécuter son mari le plus proche, comme son oncle, et de devenir meilleur avec Dennis Rodman et Donald Trump. Là où cela devrait se terminer, nous n’osons même pas spéculer sur, mais étant donné est que l’homme connu pour le moment comme le plus dangereux du monde a quelques as laissés dans sa manche de chemise. Nous devons espérer que cela ne se termine pas avec notre disparition.

3. Joseph Staline (1878-1953)

Josef Staline a été le premier secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique, à prendre le pouvoir après la mort de Vladimir Lénine en 1924. Quelque 14 à 20 millions de personnes auraient été autorisées à mettre leur vie sous son règne de terreur, notamment en raison de la famine, de la persécution et de chansons punitives dans les célèbres camps de travail du Goulag.

La « Grande Purge » s’est déroulée entre 1936-38, lorsque 7 millions de citoyens ordinaires et de membres du parti ont été exécutés et déportés vers des camps de travail. Staline a construit un énorme culte de la personnalité autour de lui-même et a laissé voyager d’énormes statues qui le dépeinaient dans toute l’URSS. Il a interdit aux gens de détenir des biens et a entrepris d’énormes réformes dans le bouquet de terre en tentant d’industrialiser la communauté paysanne avec des fermes collectives appartenant à l’État, ce qui a eu des conséquences désastreuses.

La propre interprétation extrême du communisme par Staline l’a poussé à sédermérer avait sa propre idéologie nommée d’après lui-même — le stalinisme. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a été allié aux États-Unis et à la Grande-Bretagne, ce qui a peut-être contribué au fait que beaucoup ont parfois tendance à oublier les actes horribles qu’il a commis.

2. Adolf Hitler (1889-1945)

Le dictateur le plus célèbre, le plus détesté et le plus redouté au monde s’est hissé au pouvoir pendant les années 1930 et est devenu responsable des plus grands crimes jamais commis contre l’humanité — et cela à l’époque moderne. Adolf Hitler a combattu volontairement au nom de l’Allemagne pendant la Première Guerre mondiale et après un coup d’État raté connu sous le nom de « braquage de cave à bière » il a été condamné à 5 ans de prison où il est l’auteur du livre Mein Kampf. Il devient président du Parti nazi en Allemagne en 1929 et est élu en 1933 comme chancelier du Reich du pays.

Juste après son admission, Hitler a commencé la transformation de l’Allemagne en État de dictature totalitaire avec propagande de masse et répression politique. Avec l’invasion de la Pologne en 1939, il s’est assuré à lui seul de déclencher la Seconde Guerre mondiale, un conflit qui a duré six ans et priver l’inimaginable 70 millions de personnes de la vie. Pendant le règne d’Hitler, des lois antisémites ont été instituées et bientôt une purge systématique a commencé. Les homosexuels, les Roms, les Juifs, les handicapés du développement et les opposants politiques ont été contraints au travail forcé, aux ghettos et aux exécutions massives systématiques dans tous les camps de concentration établis dans le Troisième Reich. Après plusieurs années de vent dans les voiles, les Allemands ont fini par faire face au malheur de guerre. Hitler a pu voir ses hommes subir une défaite massive en Russie et avec le débarquement réussi des Alliés en Normandie, la fin est bientôt un fait.

Adolf Hitler, avec sa femme Eva Braun, s’est enlevé la vie dans un bunker à Berlin en lien avec les troupes soviétiques qui ont pris la ville en 1945.

1. Mao Zedong (1893-1976)

Hitler et Staline se marient joliment en faveur du leader impitoyable de la Chine Mao Zedong. Il est facile d’oublier le président cruel du Parti communiste chinois dont le dédain fait disparaître les actes des auteurs susmentionnés. L’inimaginable 70 millions de Chinois auraient été autorisés à mettre leur vie sous le règne de Mao. Cela fait de lui le pire dictateur et meurtrier de masse du XXe siècle dans les comptes de mort.

Mao Zedong a vu l’Union soviétique comme un modèle et a défendu ses idéaux communistes. Il a lui-même reconnu qu’au cours de ses cinq premières années au pouvoir, il s’est assuré que près d’un million d’opposants à l’opinion étaient éliminés. Au milieu des années 50 Cependant, le président a fait un Outplay inattendu quand, dans un communiqué, il a appelé le peuple à critiquer ouvertement le pouvoir de l’État — ce qu’il a fait aussi. Donc, dans la mesure douce que, un an plus tard, Mao a repris sa déclaration et dénonce plutôt les critiques. Ces derniers ont ensuite été persécutés, harcelés et, dans de nombreux cas, exécutés.

À la demande de Mao, la Chine s’est lancée dans un projet géant nommé « The Great Leap » en 1958. Le plan était que la Chine défie et surpasse l’Occident avec les États-Unis et la Grande-Bretagne au premier plan, tant sur le plan économique que industriel. Les gens ont été utilisés comme esclaves pour accroître la richesse du pays. Mais l’expérience s’est terminée par un désastre et des dizaines de millions de Chinois seraient morts pendant le travail des esclaves ; en 1966, la soi-disant « révolution culturelle » a commencé, qui a frappé des opposants politiques lointains et des dissidents. Les adolescents ont reçu l’épithète « rouge gardistes » et « éduqués » (lire lavage de cerveau) pour adorer le grand chef, ainsi que forcés lutte pour la révolution culturelle. Les personnes influentes ayant des opinions hors du cadre du pouvoir ont été envoyées dans des institutions semblables à des camps de concentration, la plupart recevant directement la peine de mort.

Mao Zedong est décédé le 9 septembre 1976 à Pékin, âgé de 82 ans. En tout cas, comme un patch microscopique sur les blessures profondes abyssales, on lui a refusé son dernier souhait d’être incinéré. Le corps a été embaumé et placé dans un mausolée.

Catégories de l'article :
News
Show Buttons
Hide Buttons