background img

Quelle est l’organisation politique de Venise’s ?

Cette année, c’est au tour de la Suède d’être commissaire du pavillon nordique à la Biennale d’architecture de Venise. Annica Kvint considère une contribution comme un défaut de pertinence et est concurrencée par d’autres entrées suédoises et nordiques.

Il s’est passé quelque chose. Le bâtiment de General Architectures pour Skellefteå Kraft a de nouvelles proportions étranges. Je suis assis dans l’escalier en forme de pyramide conçu par Marge pour le pavillon nordique de la Biennale quand je me rends compte soudainement que c’est quelqu’un qui a détourné les cinq derniers étages du bâtiment sur la fiche d’information que je tiens en main. Il s’agit bien sûr d’un accident, mais le même genre d’ineptie imprègne malheureusement l’exposition en plusieurs parties In Therapy : Nordic Countries Face to Face, produite par le fondateur du blog d’architecture ArchDaily, David Basulto. Avec la hiérarchie des besoins de Maslow comme outil, il a voulu « voir les projets d’architecture qui ont été vitaux pour la société nordique d’aujourd’hui ». Mais tout examen minutieux ou plus approfondi il ne s’agit guère d’une analyse. Comme Basulto exhorte les architectes nordiques à soumettre des projets, puis à choisir 278 des 500 personnes qui y arrivent, il n’est pas surprenant que cela se traduit par une exposition assez inébranlable. Maslow se sent également comme un point de départ hésitant. Nous le savions déjà que dans les pays nordiques, de nombreux bâtiments répondent aux principales étapes de l’escalier des besoins de Maslow (réalisation de soi). N’était-ce pas plutôt les deux marches inférieures de l’escalier, celles qui traitent des besoins corporels (respiration, manger, boire, dormir) et de sécurité (sécurité, stabilité, toit au-dessus de la tête) cette biennale ? Cela n’aide pas que Marge ait fait une figure amusante du thème In Therapy où l’escalier en forme de pyramide « Maslow » a été complété par des canapés de thérapie et des écrans de télévision où vous vous familiarisez avec Dorte Mandrup et Tham & Videgård, entre autres. Basulto se présente néanmoins comme un mauvais psychologue qui pose de mauvaises questions. Et même si l’escalier est une installation utile, il sera en garant le souvenir du pavillon qu’il a fallu 20 minutes pour grimper et recueillir les 278 fiches d’information et que l’escalier a été placé de telle sorte qu’il cache le cœur même du superbe pavillon de Sverre Fehn : les trois arbres.

A lire en complément : Quand vais-je me rendre en Islande ?

Le pavillon voisin, celui danois, présente une exposition visuellement légèrement désordonnée présentant 130 modèles bien remplis sur trois avions. Vous obtenez ici des informations visuelles tridimensionnelles sur les projets et les textes qui traitent de différentes manières les problèmes sociétaux auxquels nous sommes confrontés. Dans Art of Many and the Right to Space, chacun des deux projets traite des efforts visant à créer des villes, des lieux et des bâtiments humanistes et résilients. Dans le catalogue solide de 520 pages, j’ai indiqué les phrases : « La pluie extrême qui a survolé Copenhague le 2 juillet 2011 a causé des dégâts qui ont coûté près de 800. millions d’euros pour fixer (…) Le changement climatique est maintenant considéré comme un fait par la plupart des politiciens danois, et la question est relativement stable. en haut de l’ordre du jour politique. » Est-ce que quelque chose de similaire doit se produire en Suède pour que nos politiciens se réveillent ? Comme souvent dans les contextes danois, je suis frappé par la qualité de nos voisins pour emballer et promouvoir leur architecture.

De : Border. À : Home a nommé la réponse de la Finlande à l’appel lancé par Aravena à fournir de nouvelles perspectives sur les grands défis auxquels nos communautés sont confrontées. L’exposition dans le pavillon maillé d’Alvar Aalto est basée sur un concours organisé en octobre 2015 par le Musée de l’architecture finlandaise et l’Organisation finlandaise des architectes, SAFA. Il s’agissait de trouver de meilleures solutions pour fournir des logements temporaires aux réfugiés et ainsi fournir une base positive pour l’intégration des réfugiés. Le fait que certaines propositions semblent un peu naïves n’apaise pas le sentiment que les Finlandais essaient au moins de trouver des solutions aux problèmes actuels au lieu de les déplacer comme dans le pavillon nordique.

A voir aussi : Quels sont les pays qui font partie de l'Europe ?

Le La représentation nordique à la Biennale d’architecture de cette année est un record. En plus des pavillons nationaux, deux entrées nordiques figurent dans l’exposition principale d’Aravenas . Finlandais Hollmén, Reuter, Sandman défend concrètement « l’architecture de première ligne » que Aravena veut mettre en avant. Les conflits sociaux, les crises humanitaires, le manque de ressources, la pauvreté et la discrimination appartiennent à la vie quotidienne, par exemple, en Tanzanie et en Égypte, où le bureau opère. Dans la même salle se trouve également le Norvégien Tyin Tegnestuge, qui présente un projet pour les itinéraires touristiques norvégiens de manière manuscrite et signée. La présence nordique à la Biennale est également remarquée à l’extérieur de Giardini et d’Arsenale. Dans une ancienne serre de 1894 située juste dans le cormoran entre les deux principaux quartiers de la foire, Arsenale et Giardini, je vois une équipe suédoise qui a compris que pour qu’une exposition soit intéressante, il faut une idée claire et une sélection pointue. Les forêts de Venice, initiée par Kjellander & Sjöberg, organisée par Jan Åman et sponsorisée par Folkhem, réussit à dire quelque chose de pertinent à la fois sur Venise et la Suède et sur l’histoire, le présent et l’avenir des sites. Alors qu’il commercialise des bâtiments en bois industriels suédois. La ville de Venise a été créée sur dix millions de pieux en bois. C’est donc un excellent point de départ pour démontrer comment de bonnes conditions de vie peuvent être créées lorsque l’architecture, le bâtiment urbain et les innovations technologiques interagissent avec la nature. Alors, comme maintenant. À l’intérieur de la serre, Arrhov Frick, DinellJohansson, Horn Owl, In Praise of Shadows, Architects Without Borders, Carmen Izquierdo et Urbio montrent comment l’architecture vénitienne classique et les éléments de construction urbains peuvent se transformer en stratégies utiles pour notre temps. Et dans le jardin, Kjellander Sjöberg a réalisé une installation sous la forme d’un petit bâtiment en bois massif, gentiment construit avec 276 parties en bois laminé croisé, fabriquées industriellement dans le nord. Suède et monté en place. Le parfum du bois est fort et le sentiment de déforestage est palpable dans le petit bâtiment, qui fait référence en termes de forme au Palais des Doges de Venise et raconte visuellement une histoire à la fois des qualités tactiles du bois et du potentiel en tant que matériau de construction durable.

exposition Tracks of landscape de Bengt Islings et Nyrén L’ se déroule sur une piste parallèle. En utilisant les trois projets Hornsberg Beach Park, Norra Bantorget et Årstabergsparken, tous à Stockholm, Isling explique son point de vue sur l’aménagement paysager en tant que jetée entre le monde bâti et la nature. Il prend l’hôtel de ville de « Venise du Nord » comme un exemple concret du genre de relation robuste entre l’homme et la nature qu’il veut voir davantage même à l’avenir. Ragnar Östberg et les représentants de la ville de Stockholm ont voulu le dépeindre dans les années 1920 comme l’hôtel de ville debout fermement sur un terrain solide et non dans la boue profonde, comme c’était le cas en fait. La terrasse est de l’hôtel de ville repose de facto sur une fondation de pierres de l’archipel de Stockholm, rassemblées dans un puzzle géant. Une métaphore aussi bonne que toute autre, car un avenir prospère repose sur la plus importante de toutes les collaborations : celle entre l’homme et la nature.

Catégories de l'article :
Europe
Show Buttons
Hide Buttons